expression     du jour

I'm over the moon!

     =very happy

 · 

PUMICE RAFTS

Une gigantesque « île » de pierre ponce dérive dans le Pacifique

 

Science

Par Antoine (journaldugeek.com)

le

 

Une éruption volcanique sous-marine a généré un énorme radeau de pierre-ponce en plein océan Pacifique. Ces fascinantes formations rocheuses, qui ont une place particulière en théorie de l’évolution, pourraient aider à soigner certains récifs coralliens.

 

C’est une vidéo pas comme les autres qu’a ramené le catamaran ROAM, qui naviguait dans l’océan Pacifique le vendredi 9 août dernier. ( VIDEO ICI ) L’équipage de cette embarcation a été témoin d’un phénomène incroyable : pendant près de six heures, ils ont navigué au milieu d’une gigantesque nappe constituée de milliards de pierres ponces. Les images sont saisissantes, dignes d’une œuvre de science-fiction à la Dune. On ose à peine imaginer ce que doit ressentir un marin aguerri lorsque la mer disparaît, alors même le bateau se trouve pourtant à des centaines de kilomètres de la côte la plus proche. L’eau est pourtant bien là, dissimulée sous ces billes de silice : ses oscillations donnent l’impression de parcourir une montagne vivante, dont chaque respiration soulève le voilier.

 

Mais d’où peut bien venir cette étrange formation rocheuse de 150km² à la dérive dans le plus grand océan de la planète ? D’après des scientifiques, il pourrait s’agir des conséquences de l’éruption d’un volcan sous-marin.

La meilleure illustration de l’ampleur du phénomène nous vient d’en haut : en effet, cette nappe est si étendue qu’elle est visible depuis l’espace. D’après le Monde, les images satellitaires révéleraient que l’explosion du volcan se serait produite le 7 août. Les pierres ponces se forment au sein de volcans dits “explosifs”. Au fur et à mesure du temps, la pression et la température vont croître pour atteindre un point de rupture. A ce moment, le volcan entre en éruption : le matériel rocheux fondu va être expulsé très violemment et subir un refroidissement et une dépressurisation très brusques.

 

Cette baisse de pression et de température s’accompagne d’un important dégazage, un peu comme lorsque vous ouvrez une canette de soda légèrement secouée. Les bulles de gaz, en s’évacuant, laissent de petites alvéoles avant que l’ensemble ne soit solidifié tel quel. C’est ce phénomène qui donne aux pierres ponces leur apparence spongieuse si particulière, mais surtout, cela leur confère une particularité importante dans le cas qui nous intéresse : la pierre ponce a une densité très faible inférieure à celle de l’eau. La conséquence est très simple : d’après le principe de la poussée d’Archimède, la pierre-ponce formée au moment de l’éruption flotte et peut donc remonter à la surface en très grande quantité. Elle dérive ensuite sous forme d’un radeau dont la taille dépend de l’intensité de l’éruption.

 

Un danger pour les navires…

 

Le phénomène n’est pas nouveau ni isolé: il est bien connu des navigateurs familiers des régions où le plancher océanique est le théâtre d’une activité volcanique importante. Et pour cause : si la plupart des morceaux de ponce qui remontent sont petits (quelques centimètres), d’autres peuvent atteindre la taille d’un ballon de football. Et forcément, la navigation au milieu d’un amas de roche, aussi légère soit-elle, n’est pas chose aisée. En l’absence de vents suffisants, le gouvernail ou les propulseurs d’un bateau peuvent se retrouver entièrement bloqués.

Ces “radeaux de ponce” apparaissent assez régulièrement dans la région, au gré des diverses éruptions sous-marines. Mais leur taille peut varier du tout au tout : en 2012, lors de l’éruption des îles Kermadec, un radeau aux proportions bien différentes s’est formé. A la remontée, il mesurait près de 400 km² pour plus de trois mètres d’épaisseur ! Il s’est ensuite étalé au cours des mois qui ont suivi, jusqu’à atteindre une superficie hallucinante de 26.000km² ! Après un certain temps, les courants océaniques finissent par se disloquer et par disparaître sur différentes côtes.

 

…Mais un trésor scientifique inestimable

 

Aujourd’hui, ces “pumice rafts” comme les appellent nos homologues outre-Atlantique sont au centre d’un grand nombre de théories fascinantes. La raison est plutôt simple : il s’agit de véritables Arches de Noé biologiques, capables d’emporter des micro-organismes sur des milliers de kilomètres au gré de leur dérive. Celui qui se déplace actuellement dans le Pacifique devrait atteindre successivement les Iles Fiji, puis la Nouvelle-Calédonie. Une fois parti des îles kanak, l’amas devrait ensuite partir s’échouer en Océanie, au niveau de la côte Est de l’Australie… droit sur la Grande Barrière, le plus grand récif corallien du monde.
Ce trésor de la nature est déjà en piteux état, chacun le sait. Mais pas d’inquiétude : l’arrivée du radeau ne devrait pas endommager le récif, bien au contraire. Les micro-organismes qu’il transporte sont potentiellement capables de régénérer des écosystèmes entiers. Cela peut permettre à un cercle vertueux de se mettre en place en relançant toute la dynamique si subtile et interconnectée qui régit les récifs coralliens. De là à dire que les récifs seront sauvés par des îles de ponces en pleine vadrouille, il y a un grand pas, mais elles peuvent bel et bien servir de cure de jouvence pour des écosystèmes qui en ont bien besoin.

 

Mais ce renouvellement des coraux n’est pas la seule raison pour laquelle ils fascinent les biologistes. En effet, ces radeaux pourraient avoir eu un rôle tout à fait fondamental dans la répartition des espèces telle qu’on la connaît aujourd’hui ! Plusieurs études suggèrent que des espèces ont pu passer d’un continent à l’autre en empruntant des ponts de glace ou des icebergs à la dérive pendant les périodes de glaciation qu’a connu notre Terre. De la même manière, certains imaginent que des plantes, animaux et micro-organismes aient pu s’en servir comme moyen de coloniser d’autres milieux !

Cette idée a été particulièrement développée par Patrick D. Nunn, professeur en géographie au prestigieux King’s College de Londres, dans son livre Vanished Islands and Hidden Continents of the Pacific (2008).

Mieux : ces radeaux auraient pu jouer un rôle central dans l’apparition de la vie ! C’est en tout cas l’hypothèse de plusieurs laboratoires de recherche. En 2011, l’équipe du géologue et biologiste Martin D. Brasier de l’université d’Oxford, ont publié une étude qui explique que ces radeaux auraient fait un remarquable substrat pour que la vie puisse apparaître, et ce pour quatre raisons : un rapport surface/volume élevé, la présence permanente à une interface entre eau et air, l’exposition à une grande variété de conditions, et enfin la capacité à adsorber des tas de nutriments et autres composés chimiques. Un vrai laboratoire de théorie de l’évolution à ciel ouvert !

 

 Lien de l'article :https://www.journaldugeek.com/2019/08/27/gigantesque-ile-pierre-ponce-pacifique/